lundi 24 juillet 2017

Saxifrage, mise à jour 3

Valer, après avoir découvert une fleur de saxifrage morte sous sa chaussure, s'est rendu avec Zû dans la Méta pour y rencontrer un contact à elle, Vesy. Zû et Vesy s'étant disputés, Zû a perdu le contrôle et a laissé le champ libre à une autre personnalité. Valer s'est aperçu que Vesy était nerveux ; il le cuisine pour en savoir plus.

Fond noir :
Fond clair :

MAJ 1 MAJ 2

mardi 18 juillet 2017

News du 18/07/17

Sali-salut,

Je suis invitée en Crète et mes hôtes apprécient ma compagnie, donc je vais rester brève et communiquer avec vous sous forme de liste à puces.

lundi 17 juillet 2017

Saxifrage, mise à jour 2

Valer essaie de reprendre le cours de son enquête, mais Zû, l'une des personnalités de la femme qui l'accompagne, l'empêche de travailler. Pour la mettre de son côté, Valer lui a proposé d'aller contempler une rediffusion de la Fin du Monde.

Fond noir :

Fond clair :


MAJ 1

vendredi 14 juillet 2017

Mes vieux projets d'étudiante

Je voulais vous écrire un article sur le champ magnétique de la Terre, puis, par hasard, mardi, j'ai lu cet article-ci qui est absolument parfait et n'a besoin d'aucun ajout de ma part. À ceci près qu'il est en anglais, j'en ferai peut-être une petite traduction illégale qui va bien mais pas maintenant.

Du coup, je me vois contrainte et forcée par ma propre éthique de travail d'écrire un article sur un tout autre sujet.

Un comportement récurrent (mais pas systématique) qui me fascine lorsque j'interagis avec des docteurs en science - surtout des gens qui ont eu leur doctorat il n'y a pas très longtemps - est leur parfois extrême spécialisation qu'ils refusent d'étendre à des sujets connexes, même en discutant entre amis.

Pour vous donner une idée de ce que ça donne, imaginez quelqu'un répondre à une question pas très sérieuse sur la physiologie des homards par : "Quoi ? Non, non, tu as mal compris. J'ai fait ma thèse sur la physiologie des crabes araignées. Je ne peux rien te dire sur les homards, je n'y connais rien, je ne ferais que t'induire en erreur."

Bien sûr, je comprends cette attitude : personne ne veut propager de fausses idées. Mais en tant que masterisante n'étant pas ensuite passée par la thèse, je suis restée dans mes certitudes très Bac+5 que j'en sais pas mal, ou au moins plus que la moyenne des français, sur les disciplines que j'ai étudiées et qu'à ce titre je peux au moins essayer d'aiguiller la personne en face de moi vers une réponse.

Pour vous donner une idée de la variété de ce qu'on nous fait faire en études supérieures, histoire que vous compreniez d'où viennent ces certitudes très Bac+5, je voulais revenir sur les petits projets d'étude à la noix que j'ai pu accumuler. (Comme ça j'ai une excuse pour les ressortir de mes cartons virtuels.)

J'ai également effectué des stages de recherche et professionnels mais, ceux-ci ayant plus de contenu, si j'en parle un jour, ce ne sera pas aujourd'hui.


Travail de recherche biblio sur les traitements de la migraine

OK, alors : je ne sais pas comment, je ne sais pas pourquoi, dans le dossier de mon premier semestre il y a plusieurs brouillons d'un rapport sur les traitements de la migraine. Y compris une partie sur l'acupuncture. Je l'avais complètement oublié.

On a donc un fichier moche qui mesure dix pages, et son résumé en deux pages. Je n'ai malheureusement pas noté les sources (ça m'arrivait régulièrement à l'époque), et je trouve plusieurs blagues dedans (ça m'arrive régulièrement aujourd'hui). Je note aussi que c'est probablement à cette époque que j'ai appris le mot "prostaglandine" qui désigne des dérivés d'acides gras de la paroi des cellules, soupçonnés à l'époque d'avoir une incidence sur les crises migraineuses, et que je retrouve dans un exercice d'écriture automatique bien postérieur.

À la réflexion, j'avais peut-être déjà des cours de pharmacologie au premier semestre : ce premier travail s'inscrirait bien dedans.

Le résumé en deux pages. Je pense qu'aucune de ces infos n'est inédite et que pas mal doivent être dépassées.


Pas grand-chose à dire à part que ce devait être projet de type exposé + rapport bateau en binôme (ça expliquerait pourquoi je n'ai que la partie 3 sur mon disque dur) histoire de nous apprendre à faire des recherches et nous organiser en groupe, et de nous pousser à découvrir de nouveaux sujets (parce que beaucoup d'étudiants qui débarquent à la fac ne savent pas dans quoi se spécialiser, ou changent d'avis en cours de route !)


Projet pro, première année

Deuxième semestre, j'ai à peine dix-huit ans et je suis bloquée sur ce projet flou qui m'a fait aller en fac de sciences : "faire de la recherche pour soigner les gens parce que c'est le seul truc qui m'a l'air louable à faire dans la vie (mais j'ai peur d'échouer en fac de médecine)".

Et regardez-moi aujourd'hui : j'ai un blog. La réussite est totale.

Du coup là-dedans il y a l'interview de deux docteurs que... que j'appelle "madame" tout du long. Oh la vache. La honte.

Citations choisies :

A noter au sujet de la réalité du métier que dans le double nom enseignant-chercheur, la "théorie" semble privilégier le chercheur, et la pratique l'enseignant. Bien sûr, un enseignat ne faisant pas progresser la recherche. Triste réalité. On se rappellera la loi contre laquelle il y eut blocage cette année, qui définissait quasiment l'enseignement comme une punition et la recherche comme une récompense, où va donc le monde. A noter toujours dans la catégorie "l'enseignement c'est pour les beauf", une petite citation que j'espère emphatique : "l'enseignant-chercheur cumule la tâche un peu ingrate de l'enseignement, et les nobles activités de la recherche." (!).
Pourquoi j'ai pas changé de voie avant ?
Elle m'évoque l'ambiance des laboratoires, stressante, avec une compétition importante, voire sans merci, puisque la seule évolution de carrière envisageable est une promotion dans la recherche, et s'excuse de me parler aussi crûment. Selon elle, il faut au moins un an pour "prendre la température" d'un laboratoire, connaître les gens à fréquenter et les gens à éviter, et si l'ambiance est trop mauvaise, ne pas hésiter à claquer la porte.
Pourquoi j'ai pas changé de voie avant ??
J'ai voulu me renseigner sur ce métier qu'est le métier d'enseignant-chercheur. A présent que l'on m'en a parlé, sans me cacher ni ses qualités ni ses défauts, j'en sais plus qu'avant. Je sais à présent que c'est un métier prenant au niveau du temps, envahissant au niveau des horaires, qu'il faut surtout aimer afin d'être capable d'en supporter la charge. La question est de savoir si c'est toujours ce que je veux faire. La réponse est que sur ce point je n'en sais pas plus : la description qu'on m'en a faite n'a pas réussi à me fairefuir, mais ne m'a pas non plus donné envie de commencer ma thèse. Comme me l'ont dit mes deux interviewées, le mieux pour moi est de faire des stages et des repérages dans des laboratoires, dès la licence, afin d'être sûre que j'aimerai travailler dans ce cadre, et de postuler pour du monitorat ou du tutorat pour être sûre que je veux travailler dans l'enseignement.
Pourquoi j'ai pas changé de voie avant ???
Relisant ce rapport, je m'aperçois que l'inadéquation de ma personnalité avec les nécessités du métier d'enseignant-chercheur était flagrante dès ma première année. Eussé-je joui d'une personnalité plus affirmée et moins passive, j'aurais compris mon erreur beaucoup plus tôt et me serais concentrée sur la recherche d'un projet pro plus adapté. C'était probablement d'ailleurs le but de l'exercice et la raison pour laquelle on nous l'a donné.

C'est triste. Je voulais rédiger un article rigolo, pas triste. Passons à la suite.


Quelques comptes-rendus de TP

 Au troisième semestre (deuxième année donc), pas de traces d'un projet type "exposé". Mais un fichier résumant des travaux pratiques, dont un posant cette question :

Ainsi découvris-je (et vous partagé-je) deux réalités importantes de la chimie organique :
  • La plupart des produits qu'on synthétise sont des huiles jaunâtres et des cristaux blancs ;
  • En matière de pureté, Cristaux blancs > Huile jaune. Toujours.
Je ne reviens pas sur l'intérêt pédagogique d'écrire des comptes-rendus de TP, ça va, je pense que c'est clair pour tout le monde.

Des exposés

Semestre 4 : j'ai deux powerpoint dans mes cartons qui commencent à ressembler à de la chimie, un peu.

Le premier étudie la structure de l'AZT (azidothymidine), l'un des premiers médicaments utilisés dans la lutte contre le SIDA : c'était peut-être encore une fois un exposé de pharmacologie, mais la partie synthèse est un peu trop développée pour ça. Je ne me souviens plus. Le PPT fait 3 slides, pèche par absence d'esthétique et manque affreusement de sources.

Et je ne connaissais pas le caractère spécial "flèche", apparemment.
Le second était sur deux molécules (et, ça va sans dire, leur application pour la fabrication de nyon) : le caprolactame et l'acide adipique. Je me souviens qu'il s'agissait d'un exposé en binôme et que je l'ai fait toute seule parce que le groupe de TD était en nombre impair (RT si c'est triste).

J'en suis un peu fière, même s'il manque de SOURCES et que si je devais écrire un article sur le sujet je revérifierais toutes mes infos. J'ai refait tous les schémas plutôt que de les repomper sur Google Images, ça j'en suis certaine, mais j'ai dû avoir un modèle pour les mécanismes réactionnels.

Encore une fois, l'esthétique c'était pas ça.
De toute évidence, le but était de nous faire faire des recherches bibliographiques et appliquer tout le bordel qu'on nous faisait ingurgiter en cours. Dans mon souvenir, ça fonctionnait bien. Je crois qu'on m'a félicitée pour le deuxième, mais je ne voudrais pas trop m'avancer.


Projet pro, le retour

Cinquième semestre, début de la troisième année. Encore une fois, rapport de projet pro, et plusieurs points me sautent à la figure :
  • Je n'ai pas appris ma leçon en première année, peut-être encouragée par mon amour de la discipline (cf le powerpoint Caprolactame et Acide Adipique que j'ai pris beaucoup de plaisir à faire, et tous mes rapports de TP, les TP étaient cools).
  • Je parle de moi à la troisième personne, un tic de langage qui m'aura longtemps collé à la peau (car un rapport doit être IMPERSONNEL). 
  • Oh bon sang c'est vrai, je voulais quitter Bordeaux pour me spécialiser et j'y ai renoncé parce que ma mère a piqué une crise à l'idée que je déménage.
Le projet de formation pour les prochaines années est en relation directe avec le projet professionnel, à savoir, la recherche dans le domaine pharmacologique, avec une préférence pour le secteur public. Il s'agirait donc de poursuivre les études sur un master dans le domaine : les recherches ont permis de découvrir deux masters en "Sciences du médicament", spécialité "Conception, synthèse et développement pharmaceutique", à Clermont-Ferrand, ou "Conception du médicament" à Lille, globalement équivalents en termes de formation et parfaitement ouverts aux étudiants licenciés de chimie. Tous deux permettent de s'arrêter en fin de master ou de poursuivre sur une thèse. Là-dessus, il s'agit d'une question de résultats, puisqu'on nous a assez répété que seul un master sur cinq est sélectionné en thèse ; s'il n'était pas possible de continuer, on ne considérerait cependant pas cet arrêt comme un échec puisqu'on peut aussi chercher des équivalents ingénieurs dans les laboratoires.
Ha ha ha "équivalent ingénieur en laboratoire de recherche" ma pauvre chérie si tu savais.






Travaux pratiques

Mes comptes-rendus de TP individuels rédigés en licence l'ont été sur support informatique, ce qui est chouette puisque ça veut dire que je les ai encore.

... Malheureusement, toutes les illustrations sont devenues blanches car elles dépendaient d'un logiciel extérieur.

J'ai pas mal les boules.

Quelques citations rigolotes qui m'ont sûrement valu des points en moins :

L'interprétation du spectre IR révèle (valeurs de nombre d'onde données en cm-1) : - vibration du noyau benzénique : pics à 1454 ; 1496 ; 1583 ; 1601. - vibration d'un aromatique monosubstitué : pic à 683, et un saturant vers 700. - vibration du C-O de l'acide carboxylique : pic à 1424. - vibration du O-H de l'acide carboxylique : pics à 2559 et 2843. - vibration du C=O de l'acide carboxylique : pic à 1688. - probable présence d'eau dans le produit fini : PATATOÏDE entre 2500 et 3500.
"Ben quoi, ça ressemble à une patate, je ne vois pas le problème à utiliser ce mot-là dans un rapport sérieux"
Conclusion : On semble avoir obtenu le bon produit et l'avoir séparé efficacement des autres constituants du mélange initial. Les techniques de purification et de séparation basées sur les différences de propriétés physico-chimiques ont une nouvelle fois fait leurs preuves.
Tout le monde déteste le sarcasme, mais je pense qu'ici c'était plus du remplissage faute de savoir comment conclure.
Résumé : L'expérience consiste à pratiquer une distillation à pression réduite de manière à récupérer deux produits liquides ; elle se déroule à pression réduite et non pas atmosphérique de façon à abaisser la température d’ébullition des produits donc la température de chauffe du système depuis le stade « vite, appelez les urgences » jusqu’à « mettez un peu d’eau froide là-dessus et ça va passer », ce qui est toujours intéressant pour assurer la sécurité au laboratoire.
Je crois que je me sentais tellement pas légitime à écrire des comptes-rendus que j'essayais de dédramatiser.

Le xylène se présente sous la forme d’un liquide huileux à l’odeur entêtante qui rappelle un peu l’extrait d’amande. L’alcool benzylique également, mais il ne s’agit pas de la même fragrance, teintée chez celui-ci d’une note de désinfectant.
Pourquoi j'ai collé mon nez là-dessus ? Je ne sais même plus. Je crois que je cherchais un moyen de différencier les deux liquides huileux, c'était un TP qui consistait à les séparer.
On a obtenu 0,73g de produit final. Sachant que le réactif limitant était le ferrocène, dont on avait introduit 1g soit 5,38x10-3mol à la base, que dans l’équation les proportions stœchiométriques du ferrocène et de [Fe(η5-Cp)(η6-p-chlorotoluène)]+ [PF6]- étaient de un pour un, et que la masse molaire du [Fe(η5-Cp)(η6-p-chlorotoluène)]+[PF6]- est de 392,3g.mol-1, le rendement se calculant comme le rapport de la quantité de matière expérimentale de produit sur la quantité de matière théorique du même produit, ce qui représente beaucoup d’explications pour un calcul simple
Vous qui lisez, sachez ceci : un compte-rendu de TP n'est pas l'endroit où faire de l'ironie.
TP n°1 : De la réduction (et de l’oxydation) d’une cyclohexanone en cyclohexanol (et vice-versa)
♫ Destituééééééééée ♪
• On effectue une séparation des deux phases éthérées et aqueuses, ayant ajouté un sel dans le système pour optimiser celle-ci en évitant les émulsions. Là-dessus, échec de la manipulation. Voici pourquoi : après trois additions d’éther, une seule phase s’est montrée. On a ajouté de l’eau pour tenter de discerner deux phases. Cette eau est venue, ou du moins a fortement semblé venir, stationner dans la partie supérieure de l’ampoule et y est demeurée, ou du moins a fortement semblé y demeurer, après mélange et séparation. On en a déduit sans plus réfléchir que la phase organique était la phase inférieure. Il est donc advenu qu’on a passé la phase en réalisé aqueuse à l’évaporateur rotatif et que le seul produit récupéré fut le sel introduit au départ.
Là c'est pas une blague, c'est juste la grosse lose et vous pouvez vous moquer.
TP n°3 : De la synthèse microchimique   Objectifs : Au cours de cette séance, nous nous appliquerons à effectuer une synthèse délicate dans de tous petits éléments de verrerie et pour de tous petits rendements. Dans le cas présent, il s’agira de N-phényl maléimide.
ON AVAIT DIT PAS LE SARCASME
C'était beau, tiens.

C'était l'apprentissage de comment relater ses expériences scientifiques, puisque dans un labo de recherche vous devez vous souvenir de ce que vous avez fait, tout le temps, et permettre à ceux qui viendront après vous de comprendre quelles expériences ont déjà été tentées et quel a été leur résultat, tout le temps.

Et apparemment, je n'apprenais pas très vite.


Rapport de TP de chimie supramoléculaire

Je suis entrée en Master et j'ai donc fait un septième semestre. Confère le projet pro de la troisième année : je voulais partir, je suis finalement restée à Bordeaux. Encore une fois, mon caractère peu affirmé est à blâmer.

Pendant ce septième semestre, petit projet d'études et série de TPs : la synthèse et l'étude d'une tennis ball, un complexe supramoléculaire qui forme une coquille autour d'une petite molécule et la garde prisonnière. Le prisonnier-phare de la tennis ball, c'était le méthane, mais la conclusion de mon rapport est que tenter de faire baisser la concentration atmosphérique en méthane avec cette méthode coûterait cher en tennis ball.

Là où c'est intéressant de créer des molécules qui en capturent d'autres sans réagir chimiquement avec elles, c'est qu'on peut les envisager comme un moyen de transport ! C'est une bonne idée si je veux apporter un médicament à un endroit précis du corps mais que :
  • J'ai besoin d'empêcher l'organisme de le détruire avant qu'il ait atteint sa cible ;
  • Il n'a pas les bons paramètres physico-chimiques pour entrer dans l'organisme (pensons aux médicaments pris par voie orale qui doivent franchir la barrière de l'intestin grêle pour rejoindre le flux sanguin).
Le rapport écrit dans un français correct, il n'y a presque pas de sarcasme, il y a des sources, les illustrations n'ont pas disparu ! Est-ce que c'est pas dingue ?

Modélisation 3D du complexe supramoléculaire "tennis ball"
Et des belles modélisations faites maison, je vais pleurer
Après toute la médiocrité ironique de ma licence, ça fait un peu plaisir.

Vous savez quoi ? Ce rapport-là, je sens que je vais le transformer en article un de ces quatre.


Une petite présentation en anglais

Semestre 8, soit le deuxième de la première année de Master ! Je retrouve dans mes cartons une présentation PPT et un abstract tous deux rédigés et présentés in english please. Il s'agit d'un résumé d'un article sur l'utilisation du dioxyde de carbone (ou carbone daïoxaïde) ; il n'y a pas de travail de biblio ou d'expérimentation derrière, la pratique de l'anglais est au cœur de l'exercice.

CO2 : green material ? - Mostly known as greenhouse gas - Availability : Atmosphere (2.3x10^12 tons), Oceans (1.4x10^14 tons) - Reactivity : reaches worthlessness - Amounts used : few. => Using it doesn't aim to save the planet, but might not hurt.
Ce qui est bizarre, c'est que je connaissais déjà le caractère spécial "flèche".
 C'est comme l'exercice du semestre 4 (cf "Des exposés"), mais avec le degré de difficulté supplémentaire que ça ne se présente pas dans la langue de Lavoisier ! (Chut, Molière était pas chimiste).


Plein de projets à côté

Neuvième semestre, dernière ligne droite avant le stage de master, plusieurs choses à faire :
  • Un rapport biblio et expérimental sur les liens des dérivés de la testostérone au récepteur androgène pour le cours de Modélisation ;
  • Un rapport biblio sur les méthodes permettant de limiter l'adhésion non-spécifique sur la surface d'un capteur pour le cours de Nanosciences appliquées ;
  • Le rapport biblio pré-stage que je n'évoquerai pas ici.
Le premier devoir avait pour but de nous faire pratiquer la modélisation moléculaire, une discipline qui consiste à créer ou utiliser du software permettant de travailler sur des molécules virtuelles ! (Pour notre part nous utilisions le soft, ce sont nos ancêtres les chercheurs des années 80-90 qui devaient tout coder à la main).

Le sujet en était la testostérone, d'autres molécules apparentées, et leur interaction sur le récepteur androgène, c'est-à-dire le tout petit bout à l'intérieur de vous qui réagit quand l'une de ces molécules lui saute dessus.

Le rapport avait ceci de rigolo qu'on avait la consigne de le mettre en page comme une publication ! C'était vraiment une bonne idée et j'espère qu'elle a été perpétuée.

Double page du rapport sous forme de fausse publication. Contient du texte sur deux colonnes et des illustrations. Le texte est impossible à distinguer.
D'où une mise en page rigolote sur deux colonnes !


Je crois - je ne suis pas sûre - que ma note n'était pas trop dégoûtante.

En revanche j'ai eu une mauvaise note à mon rapport de Nanosciences appliquées. Je ne sais pas trop pourquoi, il ne devait pas être à la hauteur de ce qui était attendu.

Le sujet avait un rapport avec la mise en contact de matériaux artificiels et de l'intérieur de notre corps. Si vous vous collez un truc dans un endroit imprévu (un clou dans la tête, une prothèse de hanche dans la hanche, etc.) votre corps va réagir en essayant de l'isoler : une couche de protéines va se former dessus. Ce n'est pas un problème si le travail de l'objet est simplement d'être là, mais ça en devient un s'il est censé rester en contact avec votre organisme.

C'est le cas des capteurs : un capteur doit capter, typiquemet afin de déterminer derrière le taux de quelque chose dans votre sang, et s'il se recouvre d'une couche de beurk il ne peut plus faire son boulot.

Le rapport visait donc à effectuer un état des lieux des méthodes utilisées pour empêcher les capteurs d'accumuler cette couche de protéine emmerdante au fur et à mesure de leur utilisation.

J'ai évoqué le Teflon en expliquant pourquoi ça avait été envisagé mais fonctionnait moyennement. Peut-être que c'est ça qui m'a plombé ma note ; on ne m'aura pas prise au sérieux.


Conclusion de cet article trop long

Comme je vous disais au début : en sciences, on est encouragés à voir plein de choses afin de devenir un parfait professionnel au laboratoire capable de se concentrer sur un seul sujet pendant plusieurs années. Étrange, et pourtant pas tant que ça.

Pour vous dire : quoi que vous fassiez dans votre vie, n'oubliez pas tout ce que vous savez faire, n'oubliez pas votre capacité à apprendre et comprendre, et n'oubliez pas de rester relax. Je veux dire, regardez ces comptes-rendus de TP, vous ne pouvez pas faire pire. Autant que possible, forgez-vous  une vie personnelle et professionnelle où votre cerveau est convenablement stimulé et pas malheureux.

Ah mince, cet article se finit encore en développement personnel, vite, je dois redresser la barre !

Dans un prochain article nous parlerons peut-être de comment j'ai fabriqué des neurotoxines mortelles pour l'armée (vous ne verrez plus le bassin d'Arcachon du même œil) ou de comment j'ai essayé de sauver des souris de laboratoire avec une simulation informatique (forte probabilité d'occurrence du mot "positon"). À bientôt !

lundi 10 juillet 2017

Saxifrage, mise à jour 1


Un homme se réveille sur une plage déserte. Une chose étrange lui susurre à l'oreille. De toute évidence, on l'a mis hors-jeu ; il doit enquêter.

Fond noir :
Fond clair :

Le fond noir est ce que je désirais pour l'histoire. Le fond clair existe pour ceux à qui le fond noir fait trop mal aux yeux, l'expérience de lecture n'y est pas exactement la même. Faites comme vous le sentez.

mercredi 5 juillet 2017

Spirale, scène

Vous êtes actuellement en train de lire cette phrase. Merci beaucoup.
ELLE : Donc tu aurais achevé ta tâche, toute ta tâche, ce soir ?
LUI : Dans les prochaines minutes, si tout se passe bien.

Lui a été envoyé par sa famille conquérir notre planète. Elle est venue contrôler l'avancée de ses travaux.

Voici un lien au format PDF.

mardi 4 juillet 2017

[1 mois / 1 projet] Mirage, partie 2 : on oublie janvier.

Remémorons-nous.

Cette année, j'ai décidé que consacrer un mois à un projet en particulier pourrait être une bonne façon d'en faire avancer plusieurs en même temps.

En effet, j'ai bouclé le premier jet de L'Ecriture des Rêves entre le 1er novembre et le 15 décembre de l'année dernière et j'espérais pouvoir garder cette dynamique pendant un an - histoire de finir des trucs, c'est sympa de finir des trucs.

En juin, j'ai réussi à corriger Saxifrage pour le rendre à peu près lisible.

En mai, j'ai réussi à avancer un peu sur Tout le monde aime le prof.

En avril, j'ai réussi à finir le premier jet de Saxifrage.

En mars, j'ai commencé à ajouter des commentaires de mes nouvelles sur le blāūg. (Je ferai un article de récap quand j'aurai fini).

En février, j'ai réussi à corriger L'Ecriture des Rêves et à l'envoyer à six personnes pour relecture.

En janvier, j'ai totalement échoué à écrire le premier jet de la partie 2 de Mirage.

Cette fois-ci, n'échouons pas.


Cahier des charges du mois

Le cahier des charges de la partie 2 est simple : il s'agit d'introduire un mystérieux nouveau personnage principal (que qui a lu la version précédente reconnaîtra), de régler les soucis pénaux de Nathanaël (seigneur de la Maison Luz qui a fait une énorme connerie, mais vous n'êtes pas sûrs de ce que c'est) et de jeter des idées mystérieuses sur Angeline (qui est une créature constituée d'air qui survit dans l'air ambiant sans paraître en être séparée par une membrane solide, ce qui n'a aucun sens dans la réalité physique de notre monde).

Le tout en dix chapitres de 3 à 5 pages.

Je vais m'amuser.


Publication de Saxifrage

C'est décidé : je publie la première mise à jour lundi prochain, le 10 juillet, je ne sais pas encore à quelle heure.

En revanche, je ne sais pas encore si je vais pouvoir publier la deuxième mise à jour. Je pars en vacances le 14 juillet et je ne suis pas sûre qu'il y ait Internet là où je vais.

Je vous tiens au courant quoi qu'il en soit.